Le poids du papillon, Erri de Luca

L’auteur

erri de luca

Erri de Luca est né à Naples en 1950, au sein d’une famille bourgeoise qui est sortie de la guerre ruinée. Installée dans le quartier populaire de Montedidio, la famille vit isolée, avant de pouvoir déménager dans une maison plus grande. L’auteur ne garde pas de souvenirs heureux de son enfance et quitte sa famille à l’âge de dix-huit ans. Erri mène d’abord une vie d’ouvrier, puis travaille sur des chantiers en banlieue parisienne, avant de s’engager dans l’action humanitaire en Afrique, puis en Bosnie-Herzégovine. L’écriture l’a toujours accompagné, comme la passion des livres que lui a transmis son père.

De Luca est aujourd’hui l’un des plus grands écrivains italiens. Son style est très poétique. Il collabore également à plusieurs journaux italiens. Alpiniste chevronné, il écrit également des articles sur la montagne, un thème qui lui est cher et qui lui a inspiré « Le poids du papillon ».

Erri de Luca a reçu de  nombreux prix, en Italie, comme en France. Il a ainsi reçu le Prix Femina étranger en 2002, pour son roman  Montedidio, En 2013, il reçoit le Prix européen de littérature. La même année, l’ensemble de son œuvre est couronnée par le Prix français Ulysse.

 

 

 Le poids du papillon

41bWFd3HofL__SL160_

Autrefois déçu par ses rêves révolutionnaires, l’homme revient vivre dans ses montagnes natales, quelque part au nord de l’Italie. Pendant des années, solitaire, il braconne et abat des centaines d’animaux, principalement des chamois.

Novembre, un jeune chamois orphelin impose sa force au reste de la harde et en devient le roi. Novembre, bien des années plus tard, le chasseur qui n’a jamais pu atteindre le roi des chamois, sent son énergie le quitter. Il sait que le roi des chamois vieillit lui aussi et risque de quitter le troupeau afin de se cacher pour mourir : car il refuse de se laisser vaincre par un plus jeune, l’un de ses fils. L’homme monte alors à la rencontre de roi des chamois. Lequel des deux en sortira vainqueur ?

Erri de Luca nous offre ici 60 pages d’une langue pure et belle à savourer par une froide journée d’hiver, au coin du feu. L’animal réagit de façon inattendue, avec noblesse, nous rappelant que l’homme a encore beaucoup à apprendre de lui et de la nature. Je n’en dirai pas plus ,d’un texte à lire et relire pour en dénicher toutes les subtilités.

***

Un passage à retenir : « Les animaux savent le temps à temps, quand il est utile de le savoir. Y penser avant est la ruine de l’homme et ne prépare pas à être prêt. » (P61, édition Folio).

L’incipit : « Sa mère avait été abattue par un chasseur. Dans ses narines de petit animal se grava l’odeur de l’homme et de la poudre à fusil ».

 

Le poids du papillon, Erri de Luca, édition Gallimard, Paris 2011, Folio n°5505.

Il peso della farfalla, Erri de Luca, Feltrinelli, novembre 2009, 72 p.

 

images

Publicités

Une réflexion sur “Le poids du papillon, Erri de Luca

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s