Un tour de passe-passe, de Marco Malvaldi

 

L’auteur

 

MalvaldiMarco Malvaldi, est né à Pise en 1974. Après avoir été tour à tour chercheur en chimie à l’Université de Pise, puis chanteur lyrique professionnel, il s’est tourné vers l’écriture de romans policiers. Il a d’abord publié un polar historique, Le mystère de Roccapendente, puis a entamé la série des retraités du Bar Lume : après La briscola à cinqle second épisode est aujourd’hui traduit en français : Un tour de passe-passe. La série  comporte quatre autres volumes qui ne sont pas encore publiés en français : Il re dei giochi, La carta più alta, Il telefono senza fili, et le tout dernier, Aria di montagna sorti en juillet 2015.

 

Un tour de passe-passe

 

un tour de passe-passe MalvaldiJe retrouve avec plaisir Massimo et sa bande de papys envahissants, dont j’ai fait la connaissance dans « La briscola à cinq » de Marco Malvaldi.  « Un tour de passe-passe » est en effet la deuxième enquête de la série de Marco Malvaldi, qui vient d’être traduite en français et publiée en format de poche dans la collection Grands Détectives des éditions 10/18. Pour rappel, le patron du Bar Lume, Massimo, célibataire de trente-sept ans, accueille -et pas toujours à bras ouverts- une bande de papys, parmi lesquels son grand-père Ampelio, qui passent une partie de la journée à jouer aux cartes en devisant sur tout et rien…

Dans le premier volume, un meurtre commis dans la petite station balnéaire de Pineta, où se trouve le Bar Lume, venait mettre un terme aux siestes prolongées de l’été et permettait à Massimo d’illustrer ses qualités de déduction. Nous sommes cette fois en mai et Massimo est chargé d’organiser le service traiteur pour un colloque de scientifiques qui se déroule à Pineta. L’un des participants, un illustre professeur japonais, est victime d’une chute et est conduit aux urgences où il décédera un peu plus tard d’un arrêt respiratoire. Etrange fin pour quelqu’un qui s’était simplement pris les pieds dans un tapis !

L’histoire fait le tour du village et les papys s’en donnent à cœur joie. À nouveau, Massimo propose ses services au commissaire pour résoudre cette enquête, dont la clé a un rapport avec l’ordinateur du scientifique japonais. Mais là n’est pas l’essentiel. Si pour vous l’intrigue prime, il vaut mieux passer votre chemin, car tout ici se trouve dans l’atmosphère et dans l’humour qui unit les différents protagonistes des enquêtes de Marco Malvaldi, Massimo, le commissaire Fusco et les papys joueurs de carte, ainsi que dans la critique de la société italienne qui se dessine en toile de fond.

Et comme dans toutes les séries policières où l’on suit souvent davantage la vie des personnages que les intrigues, nous faisons ici plus ample connaissance avec le sympathique patron du petit bar, Massimo, dont on apprend qu’il est aussi un humble mathématicien ! Nul doute que je continuerai à suivre avec plaisir les aventures de Massimo et du Bar Lume …

 

Un tour de passe-passe, Marco Malvaldi, traduit de l’italien par Nathalie Bauer, Editions 10/18, Collection Grands Détectives n°4939, Paris, Juin 2015, 189 p.

 

 

 

Publicités

Une réflexion sur “Un tour de passe-passe, de Marco Malvaldi

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s