La Pazza gioia, Folles de joie, de Paolo Virzi

 

Titre original : La pazza gioia 

Titre français : Folles de joie

Sortie : 2016

Réalisateur : Paolo Virzi

Acteurs principaux : Valeria Bruni-Tedeschi (Beatrice), Micaela Ramazzotti (Donatella).

Production : Italie, France.

Durée : 114 mn (1h54)

 

Beatrice est une des pensionnaires de la Villa Biondi, institut fermé qui accueille des femmes souffrant de troubles mentaux. Elle y a peu d’amies, parce qu’elle ne veut pas se mélanger aux autres, se targuant d’être de la famille qui a légué la Villa Biondi et son domaine à l’œuvre caritative qui le gère aujourd’hui. Elle se sent donc chez elle et tient à se démarquer des autres pensionnaires. Son caractère fantasque, allié à la conscience d’appartenir à une classe supérieure, en fait un personnage hors du commun qui aime se vanter d’avoir côtoyé Berlusconi, Georges Clooney et tant d’autres. Autoritaire, mais toujours avec le sourire, elle est l’incarnation de la « main de fer dans un gant de velours ».

Lorsqu’une jeune femme à l’air sombre et désorienté arrive à la Villa Biondi, Beatrice y voit une occasion de rompre sa solitude. Elle s’intéresse aussitôt à Donnatella et essaie de s’en faire une amie. Beatrice et Donnatella participent toutes deux aux travaux de jardinage -Beatrice donne les ordres et Donnatella exécute-, et elles postulent pour travailler à mi-temps à l’extérieur, dans un domaine horticole qui a besoin de main-d’œuvre. Le psychologue de la Villa Biondi les juge suffisamment autonomes pour y participer et leur donne son aval. Mais un soir, la camionnette qui vient rechercher les pensionnaires de la villa Biondi est en retard. Beatrice n’hésite pas une seconde en apercevant le bus 63 : elle prend Donnatella par la main et s’élance avec elle vers le bus. C’est le début d’une longue cavale à travers la Toscane qui conduira les deux amies à se confronter à leur histoire.

« La pazza gioia » est un film d’abord joyeux et gai, malgré un sujet grave, dans lequel Valeria Bruni Tedeschi nous saoûle de paroles pour notre plus grande joie. Volubile, elle papillonne et nous communique son enthousiasme. Elle est épuisante aussi, mais si drôle, et très convaincante dans ce rôle tourbillonnant. Elle joue un personnage excessif à outrance, mais sans jamais en faire trop : quelle performance d’actrice !  Micaela Ramazzotti est quant à elle beaucoup plus sobre, mais très émouvante également, notamment dans la dernière partie du film. Les plus sensibles verseront d’ailleurs quelques larmes. Les images sont soignées, la lumière est très belle, et l’ensemble, vous l’aurez compris, mérite largement le détour !

 

 

 

 

 

Publicités

2 réflexions sur “La Pazza gioia, Folles de joie, de Paolo Virzi

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s