Non è stagione, Antonio Manzini

non-e-stagione-antonio-manziniPublié en 2015 en Italie, « Non è stagione » est le troisième roman de la série policière consacrée aux enquêtes du vice-questeur Rocco Schiavone, un policier que j’ai découvert grâce à Martine qui m’a gentiment signalé la diffusion sur la Rai 2 des épisodes consacrés au héros d’Antonio Manzini. C’est donc après avoir vu la première saison de cette série que j’ai ouvert ces « gialli » (romans policiers en italien, du nom de l’ancienne collection à la couverture jaune des éditions Mondadori ), à l’occasion de cette lecture commune en VO. J’ai dévoré « Non è stagione », ainsi que « Era di maggio » dans la foulée, qui sera l’objet de la lecture commune du mois prochain.

Après « La pista nera » -traduit en français sous le titre « Piste noire » en 2015- et « La costola d’Adamo », -« Froid comme la mort », publié chez Denoël en 2016-, nous retrouvons le Val d’Aoste au printemps et pourtant, l’hiver est toujours là, avec la grisaille et la neige que déteste tant le vice-questeur Rocco Schiavone.  Ce policier romain se trouve « exilé » dans cette magnifique région qui n’a pas grâce à ses yeux et qu’il ne perçoit que comme froide et ennuyeuse.

Dans ce troisième roman, Rocco Schiavone se trouve devant une double enquête à mener. Il est d’abord appelé pour un accident de la route : une camionnette a perdu le contrôle et s’est écrasée dans le ravin dans lequel coule la rivière. Elément qui justifie l’intervention du vice-questeur, la plaque du véhicule n’est pas celle d’origine mais elle appartient à une voiture volée. Peu après, Rocco Schiavone est contacté par une jeune fille qui s’inquiète de ne pas avoir de nouvelles de son amie, Chiara Berguet. C’est d’autant plus curieux que le commissariat n’a reçu aucun avis de disparition de la famille de la jeune fille concernée.

Le vice-questeur se met alors à faire des recherches du côté de l’entreprise du père de la jeune disparue, qui semble avoir rencontré de graves difficultés financières. Les Berguet ont sans doute quelque chose à cacher. L’affaire de la camionnette refait surface plus tard, en lien avec la disparition de la jeune Chiara Berguet.

En ce qui concerne le personnage de Rocco Schiavone, cet épisode nous en apprend un peu plus sur son passé, et les raisons pour lesquelles il se retrouve bine malgré lui dans cette région montagneuse du Nord de l’Italie qui ne lui convient guère. Rocco continue à traîner son mal de vivre, s’accrochant au fantôme de Marina… Les dernières pages du roman vont le plonger dans un drame personnel dont on ne sait pas s’il se remettra.

C’est donc une période très noire que vit le vice-questeur et c’est peut-être pour cette raison que l’on s’attache encore davantage au personnage dans cet épisode : sa mauvaise humeur, sa façon de flirter -parfois largement- avec l’illégalité et son sens de la justice bien à lui, son humour aussi, ainsi que les personnages secondaires (l’idylle entre ses deux inspecteurs préférés, Italo et Caterina et la bonne volonté matinée d’incompétence de D’intino et Deruta), sont autant d’éléments qui font des enquêtes de Manzini un must dont je crois bien que nous ne pourrons plus nous passer. Il semble que Martine soit du même avis que moi…(lire ici)

Une grande réussite pour cette lecture en VO, qui en outre, n’est pas très difficile du point de vue de la langue !

Non è stagione, Antonio Manzini, Sellerio Editore, 2015, 328 p.

Livre lu dans le cadre du challenge Il viaggio chez Martine, du challenge Leggere in italiano et du challenge Polars et thrillers chez Sharon.

ob_a973cf_mon-logologo-challenge-in-italia1logopolarssharon1

Publicités

5 réflexions sur “Non è stagione, Antonio Manzini

  1. Je suis vraiment ravie que tu « aimes » aussi « MON » vice-questeur Schiavone. Et je suis encore plus heureuse d’avoir fait cette lecture commune avec toi, Florence. J’ai commencé hier « Era di maggio », on pourra se faire notre prochaine LC d’ici quelques jours si tu veux! Merci!

    Aimé par 1 personne

  2. très tentant, je suppose qu’on peut le trouver en français.
    j’ai beaucoup apprécié Silvia Avallone lors de son passage à la grande librairie la semaine passée. tu as déjà lu « D’acier » et Marina Bellezza »?

    J'aime

    • Celui-ci n’est pas encore traduit mais on peut déjà trouver les deux premiers tomes en français : le premier, « Piste noire », est en Folio policier. Quant à Silvia Avallone, je n’ai encore rien lu d’elle. Le temps me manque… mais si tu veux que nous fassions une lecture commune sur cette auteure, je suis partante…

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s