Dogman, de Matteo Garrone avec Marcello Fonte

Titre original et titre français : Dogman

Sortie : 2018

Réalisateur : Matteo Garrone

Acteurs principaux : Marcello Fonte (Marcello), Edoardo Pesce (Simoncino), Alida Baldari Calabria (Alida),Francesco Acquaroli (Francesco).

Production : Italie, France.

Durée : 102 mn (1h42)

 

Marcello est toiletteur pour chiens dans une station balnéaire abandonnée. Entre les barres d’immeubles dégradées des années soixante, la plage baignée par une pluie automnale incessante, et les quelques commerces qui subsistent à coups d’expédients frisant l’illégalité, il ne fait pas bon vivre dans cet endroit oublié. Et pourtant, les habitants déshérités qui, on l’imagine bien, restent parce qu’ils n’ont pas les moyens de quitter les lieux, font dorloter ce qu’ils ont de plus cher au monde. Et Marcello s’en charge à merveille, lui dont l’amour des chiens, même des plus méchants, est presque l’unique raison de vivre.

Mais il y a aussi sa fille, Alida, âgée d’une dizaine d’années, qui vit chez sa mère et qu’il ne voit que de temps en temps. Outre les chiens, Marcello a une passion pour la plongée, qu’il partage avec sa fille. Il rêve d’ailleurs de l’emmener plonger en Calabre. Mais cela coûte cher, et c’est en grande partie pour cela que Marcello revend occasionnellement de la drogue à Simone, ancien boxeur toxicomane tombé dans la délinquance.

L’ennui, c’est que Simone devient de plus en plus violent, il ne paye pas la drogue qu’il consomme et il pourrit la vie des commerçants du quartier qu’il rackette ou vole. Mais ceux-ci n’osent pas porter plainte, car ils savent que Simone se vengera dès qu’il sera sorti de prison. Marcello, lui, est doux comme un agneau ; il persiste à appeler le caïd par son diminutif, Simoncino : il n’a que cette arme, parce que sa carrure et sa timidité ne lui permettent pas de s’opposer à Simone. Mais il dira oui une fois de trop et ira en prison à la place de Simone, parce qu’il n’hésite pas un instant à endosser la responsabilité du vol, à assumer sa responsabilité.

Matteo Garrone, réalisateur de Gomorra, signe un film noir et violent aux dialogues minimalistes, mais remarquablement bien interprété par l’acteur principal, Marcello Fonte, qui communique ses émotions avec une grande justesse, sans jamais en faire trop. On aime la tendresse de Marcello vis-à-vis de sa fille, l’attachement à son quartier, si sordide soit-il, à ses habitants qui l’apprécient, mais l’homme a un gros défaut qui, dans ces circonstances, va le faire basculer… Le scénario est tiré d’un fait divers italien des années quatre-vingt, une vengeance qui donne froid dans le dos. Quoi qu’il en soit, Marcello Fonte a reçu le prix d’interprétation masculine du festival de Cannes 2018 et c’est amplement mérité !