Le traître/ Il traditore, de Marco Bellocchio

 

Titre original et titre français : Il traditore / Le traître

Sortie : 2019

Réalisateur : Marco Bellocchio.

Acteurs principaux : Pierfrancesco Favino, Maria Frenanda Candido, Luigi Lo Cascio, Fabrizio Ferracane.

Production : Italie, France, Allemagne, Brésil.

Durée : 145 mn.

Genre : Drame, biopic.

Au début des années 1980, la guerre fait rage entre différentes familles de la mafia sicilienne. Depuis un moment, la mafia s’est en effet lancée dans le trafic de drogue et elle n’hésite plus à tuer des innocents, femmes et enfants y compris, en procédant à de nombreux règlements de compte. Pour y échapper et protéger sa famille, Tommaso Buscetta, chef mafieux, est alors obligé de s’exiler au Brésil.

Finalement arrêté et extradé vers l’Italie, Buscetta accepte de rencontrer le juge Falcone. Personne n’imaginait qu’il collaborerait un jour avec la justice italienne et c’est pourtant ce qu’il a fait, en livrant de nombreux noms, ce qui a abouti au maxi-procès de Palerme qui permettra de condamner plus de 350 mafieux en 1986.

Tout au long de ses entretiens avec le juge Falcone, Tommaso Buscetta n’a pas cessé de se considérer comme un homme d’honneur. Pour lui, la famille est toujours restée sacrée ; ce sont les autres qui ont trahi l’idéal de Cosa Nostra.

Cet énième film sur la mafia, bien éloigné des clichés de l’époque du « Parrain », est un grand film qui se déploie sur plusieurs registres ; tour à tour film d’action et documentaire, il alterne séquences violentes et autres plus émouvantes, voire intimistes. Les scènes consacrées au procès sont particulièrement intéressantes, et nous offrent une véritable « commedia dell’arte » de la mauvaise foi, jouée par des mafieux plus préoccupés de la traitrise au code d’honneur de Buscetta que de leurs crimes. Marco Bellochio réussit le tour de force de nous présenter les faits, ceux d’un assassin et ceux d’un bon père, nous permettant d’éprouver de l’empathie pour Tommaso Buscetta, mais pas pour autant de la sympathie !